Vaincre la boulimie, Psycho


Elles sont obsédées par leur image, qu'elles veulent parfaite. C'est pourquoi elles soignent leur présentation, travaillent avec acharnement et affichent une compétence sans faille. Dissimulant leurs points faibles et leurs émotions, elles donnent l'impression d'être sûres d'elles. Mais, intérieurement, elles se sentent incompétentes et indésirables. Leur silhouette, qui ne correspond jamais à l'idéal qu'elles ont en tête, est l'objet de préoccupations constantes. Contrairement à une idée reçue, les femmes atteintes de boulimie ne sont pas grosses. Et pour cause: ces championnes des régimes en tout genre vont jusqu'à recourir aux grands moyens pour éviter les conséquences de leurs orgies de nourriture: certaines se font vomir, d'autres recourent aux laxatifs, au jeûne prolongé ou au sport à outrance.



On pourrait comparer le vie d'une personne boulimique à une lutte de tous les instants dont les seules défaillances se traduisent par ces crises de frénésie alimentaire, vécues en cachette et ignorées de l'entourage. Une femme boulimique cache sa souffrance et sa honte. Plus elle a honte, plus elle se sent seule. Parler de tout cela lui semble impensable: après un tel aveu, comment pourrait-elle encore sauver les apparences?


Si l'on s'en réfère aux estimations de spécialistes sur le plan mondial (étude Fairburn et Beglin, 1990), une femme sur cent souffre de boulimie. La dépendance alimentaire, à l'alcool ou aux drogues est considérée tantôt comme un symptôme dépressif, tantôt comme un moyen de lutter contre la dépression. Comme le montre une étude réalisée sur plusieurs années auprès de 900 adolescents (G.Leon, 1993), le principal facteur de risque lié aux troubles alimentaires est la difficulté à identifier et à maîtriser différents sentiments négatifs. Lors de conflit, par exemple, les filles souffrant de boulimie sont incapables de dire si elles ressentent de la déception, de la colère ou de l'angoisse; elles perçoivent un désordre affectif diffus qu'elles cherchent à surmonter en se jetant sur la nourriture. Elles sont également insatisfaites de leur propre corps, dont elles ne comprennent pas les sensations et les signaux.

 


L'expérience l'a prouvé, la psychanalyse classique s'avère le plus souvent inopérante dans les cas de boulimie. Diverses approches thérapeutiques ont été développées avec plus ou moins de bonheur. Certaines s'appuient sur des conseils nutritionnels et diététiques, ou encore sur la tenue d'un "carnet de route alimentaire" dans lequel le patient est tenu d'inscrire avec précision chacun de ses repas ou de ses grignotages, avec pour objectif de parvenir à une normalisation de son alimentation...ce qui comporte néanmoins le risque d'entretenir chez la personne boulimique cette focalisation sur la nourriture dont elle voudrait précisément se débarrasser. D'autres formes de thétrapie, comme la Gestalt*, considèrent les troubles alimentaires comme un symptôme, important certes, mais secondaire par rapport à la nature du mal. D'où l'étonnement de Bénédicte, 31 ans, lorsqu'elle est allée consulter avec l'idée de trouver de l'aide...pour maigrir:

 


"J'avais déjà souffert de boulimie à l'adolescence, puis cela m'a repris dix ans plus tard, à une période de ma vie où j'étais triste, même désespérée. J'ai essayé de lutter seule pendant un an et demi. Puis je suis allée voir un médecin, qui m'a prescrit des coupe-faim. Il m'avait également donné les coordonnées d'une association de boulimiques, mais je ne l'ai pas contactée: pour moi il était tout simplement inconcevable d'évoquer mon problème en public. Le coupe-faim, bien sûr, n'a rien résolu. Je ne voyais plus d'issue. C'est une annonce dans le journal qui m'a décidée à consulter une thérapeute. "Lorsque je suis allée la voir la première fois, j'espérais trouver une solution miracle. Mon objectif était de perdre du poids. J'ai d'abord été surprise en voyant que la nourriture n'était pas au centre de notre discussion. La thérapeute m'a fait remarquer qu'avant de vouloir maigrir, il fallait que je songe à régler certains problèmes dans ma tête. Pendant plusieurs semaines, j'ai tourné en rond. Je n'osais pas me confier, je n'arrivais pas à me débloquer.

 


" J'ai mis longtemps à comprendre le lien qui existait entre ma boulimie et mes relations avec maman. Ma mère ne m'a jamais demandé d'être une petite fille parfaite, elle n'a pas fait pression ouvertement sur moi. Mais c'était implicite. Je me disais que pour être aimée d'elle, il fallait que je sois idéale. A partir de là, tout au long de ma vie, j'ai voulu donner une certaine image de moi. Je cherchais à plaire aux autres sans exprimer ce que je ressentais rééellement. Lorsqu'on me demandait quelque chose, je ne savais pas dire non. Je n'avouais pas mes faiblesses. Je n'acceptais pas mon corps, qui ne correspondait pas à l'idée que je me faisais de la perfection. J'ai fait des choses incroyables. Après les crises de boulimie, je jeûnais. J'ai essayé toute la panoplie des régimes. J'étais convaincue que mon bonheur dépendait de mon apparence.
" Cette habitude que j'avais prise de jouer un rôle sans jamais révéler mes vrais sentiments a eu des répercussions sur ma vie affective et professionnelle. Je ne parvenais pas à m'affirmer. A l'époque où je suivais cette thérapie, je travaillais comme chef de service. Une autre entreprise m'a proposé un poste nettement plus intéressant. Autrefois, j'aurais refusé cette offre, afin de ne pas décevoir mon employeur et de ne pas lui causer de difficulté. Mais là, j'ai osé dire que j'avais envie de partir, que je serais plus heureuse de travailler ailleurs. J'ai dû faire un effort sur moi-même pour dire ce que je pensais. Mon employeur n'était pas content que je démissionne et me l'a bien fait sentir. N'empêche que je suis très satisfaite de ma décision: non seulement mon nouveau travail me plaît, mais je viens d'être nommée cadre supérieur.


" Aujourd'hui je suis guérie. Je n'ai plus de crise de boulimie et j'ai même perdu du poids sans m'en rendre compte. J'apprends à me montrer telle que je suis. Mais j'ai encore des choses à apprendre, et j'ai décidé de continuer ce travail sur moi-même."

 


Gestalt-praticienne, Sophie Poget** a mis en place un groupe de thérapie pour boulimiques, parallèlement aux consultations individuelles. Elle connaît bien le sujet: cette mère de deux enfants est une ancienne boulimique. "Mon expérience personnelle m'a aidée énormément. La boulimie est la matérialisation d'un malaise qui pourrait aussi bien se traduire par une prise abusive de médicaments, par l'alcoolisme ou la toxicomanie. Dès qu'on est en proie à une difficulté, au lieu de noyer ça dans l'alcool, on le noie dans la nourriture.
"Chez les boulimiques, on constate une déconnexion entre la tête et le corps. A force de se demander ce que les autres attendent d'elles, elles perdent le contact avec leurs émotions et avec leurs besoins. Elles raisonnent en se disant "il faut" ou "je dois", des injonctions qui sont souvent le produit de l'éducation. En Gestalt, on recourt au processus inverse, en se posant les questions suivantes: "Comment est-ce que je me sens?", "De quoi ai-je besoin?", "Que puis-je faire pour satisfaire ces besoins?". Une boulimique comble un manque au moyen de la nourriture. Si elle fonctionne uniquement sur le mode intellectuel, elle n'est pas en mesure d'identifier ce manque. Par la Gestalt, elle apprendra à écouter ce qui se passe en elle, ici et maintenant. A mettre en mots ses sensations et ses sentiments.


"Certaines femmes m'appellent en me disant: "Je ne me fais pas vomir, je ne prends pas de laxatif; est-ce que je suis boulimique?" Je leur demande: "Quel est votre rapport avec la nourriture? Est-ce que vous le vivez bien ou mal? Etes-vous obsédée au point que vous avez de la peine à vivre à cause de cette obsession?" C'est cela qui est déterminant.


"Il est frappant de constater que toutes les personnes boulimiques souffrent d'une difficulté relationnelle avec leur mère. On en revient à la question de l'image, celle de la gentille petite fille qui, de peur de ne plus être aimée de sa maman, tait ses sentiments négatifs et s'oblige à être première de classe. Devenue grande, la petite fille continue à être la gentille qui réussit professionnellement. Ces femmes ont toutes de bons métiers, elles sont ingénieur, infirmière, directrice de marketing, secrétaire de direction. Qu'elles aient 15 ou 45 ans, leur boulimie est toujours en rapport avec maman. On n'en parle pas, parce qu'ils sont moins nombreux, pourtant il existe des hommes boulimiques; eux aussi ont un problème avec leur mère."

 


Attention aux mauvaises interprétations: cela ne veut pas dire que la mère est responsable de la boulimie de son enfant, mais qu'un malentendu s'est installé entre l'une et l'aurte. L'enfant avait face à sa mère, un certain nombre de besoins ou d'attentes qu'il n'a pas su ou osé formuler, et qui n'ont pas été comblés. De son côté la mère n'a pas été en mesure, en raison de sa personnalité ou parce qu'elle n'a pas compris les attentes de son enfant, de répondre à ses désirs. Cette méprise peut durer des années: aussi longtemps, en fait, que le dialogue n'est pas engagé.

 


"Nous encourageons la personne à mettre des mots sur sa tristesse, à identifier l'évènement qui a suscité cette émotion, poursuit Sophie Poget. Si elle me dit, par exemple: "J'étais dans ma chambre, je me sentais seule et incomprise, parce que ma mère m'a punie au lieu de me prendre dans ses bras et de me réconforter", je lui demande ce qu'elle aurait eu envie de dire à sa mère ce jour-là. Je vais l'inciter à exprimer ce qu'elle n'a pas exprimé sur le moment. Car même si un évènement s'est produit il y a trente ans, il reste très chargé émotionnellement et a besoin d'être dit.

 


"Lorsqu'on éprouve une attente démesurée par rapport aux capacités d'autrui, on a tendance à se considérer comme une victime et à adopter une position accusatrice. Pour dédramatiser, il s'agit de comprendre que nos besoins sont parfois en contradictoin avec ce que l'autre peut nous offrir. Prenons l'exemple de la mère qui chaque jour accueille sa fille au retour de l'école en lui préparant des tartines. C'est une attention affectueuse. Mais sa fille se plaindra peut-être plus tard, parce que les tartines ne l'intéressaient pas et qu'elle aurait préféré que sa mère lui raconte des histoires le soir avant de dormir. Et quand elle parlera de ce désir qui n'a pas été comblé, une amie lui dira: "Tu avais la chance qu'elle te fasse des tartines. Ma mère à moi, non seulement ne me lisait pas d'histoires, mais elle ne me préparait pas non plus de goûter." N'empêche qu'il reste une souffrance, parce que l'enfant avait besoin d'un certain mode de communication pour se sentir aimée, et que sa mère communiquait son amour autrement.

 


"L'étape suivante, c'est de parvenir à dialoguer avec sa mère, en disant ce qu'on a vécu et comment on l'a ressenti. Il ne s'agit pas du tout de l'accuser, mais d'exprimer ses besoins humblement, sans la blesser. D'oser lui dire: "Voici comment je suis réellement. Je ne suis pas la fille forte que tu souhaitais." C'est ainsi qu'on parvient à s'accepter, et à accepter l'autre. C'est le résultat de tout un travail. On n'y parvient pas du jour au lendemain après avoir gardé le silence si longtemps. Mais un jour on se rend compte qu'on est prête, qu'on peut parler à sa mère en restant en contact avec ses sentiments réels, et accepter sa mère comme elle est, sans s'accrocher à ses rêves de petite fille. La clé, l'acceptation avec un grand A: reconnaître que maman m'a donné ce qu'elle a pu, en fonction de qui elle est. A partir de là il s'établit un contact et un partage authentique entre la mère et la fille. Je crois vraiment que la simplicité et la sincérité sont nos meilleures armes. Quelqu'un qui dit simplement comment il fonctionne et de quoi il a besoin désarme son entourage. C'est valable pour toutes les relations humaines, sur le plan privé ou professionnel.

 


"On ne change pas le passé, mais on peut le considérer autrement. Une personne boulimique a en soi un mur, constitué de tous ses malaises, de tout ce qu'elle a accumulé et qui l'a progressivement coupée du monde. Plus les années passent, plus le mur la fait souffrir. Au bout d'un certain temps, cela devient tellement insupportable qu'elle éprouve le besoin de casser ce mur. Après l'avoir détruit, elle peut regarder ce qui se cache derrière et commencer un travail sur soi. Elle ne va pas jeter les briques, parce qu'elles représentent son passé et font partie de sa vie. Mais quand elles seront par terre, elle pourra les prendre, les observer pour ce qu'elles sont, et les disposer différemment, de manière à pouvoir vivre en harmonie avec son passé, en aménageant des ouvertures vers le monde extérieur."

*Thérapie axée sur l'expression verbale ou corporelle des émotions, la Gestalt aide la personne à prendre conscience de ses propres besoins et à communiquer avec autrui d'une manière authentique.
**Sophie Poget, diplômée de l'Ecole parisienne de Gestalt, tél.(021) 625.55.45



08/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres