Des comportements de dépendances

Hostingpics

Les troubles du comportement alimentaire sont des conduites de dépendance : la personne est alors dépendante de sa maladie comme d’autres le sont d’une substance (alcool, drogues, médicaments, jeux) ou une dépendance affective à une autre personne. En effet, la personne anorexique ou boulimique est dans l’urgence du besoin et de la satisfaction comme c’est le cas dans d’autres dépendances.

Hostingpics


Elle perd le contrôle de son comportement, est dans le déni par rapport à la gravité de sa maladie et en constante recherche de sensations fortes. Au travers de ce comportement addictif, la personne qui souffre d’anorexie ressent un certain plaisir lié au fait de jeûner et celle qui souffre de boulimie, un état d’euphorie avant, pendant et/ou immédiatement après la crise.

Hostingpics

Les parallèles avec un comportement de dépendance sont plus visibles avec la boulimie : la personne, comme celle souffrant d’une dépendance à l’alcool ou à la drogue, sent le besoin pressant et l’obsession de manger. Elle peut dépenser des sommes astronomiques pour se procurer sa nourriture allant jusqu’à s’endetter. Quand la crise et le besoin de manger surviennent, elle entre dans une sorte d’état second et il est extrêmement difficile d’empêcher la perte de contrôle.

Hostingpics

Comme dans toute autre dépendance, il est très difficile, voire impossible de se sortir seul de ces comportements. C’est pourquoi, il est primordial de demander de l’aide et de ne pas rester seul face à sa maladie.
Il n’y a pas de honte et de culpabilité à avoir, l’important est de trouver le moyen de guérir !

Hostingpics

 

 

Bien sûr le problème avec les TCA c’est qu’elles ne sont pas encore vraiment reconnues comme maladie ou du moins surtout pour la boulimie et il est très difficile de trouver des groupes d’aides ou alors les listes d’attentes sont très très longues et ceci est très dur à vivre pour la personne malade car elle fait un très gros effort en avouant qu’elle a besoin d’aide. Il est donc très dur de subir un refus ou de s’entendre dire il y’aura une place de libre dans 6 mois…NON, car c’est maintenant qu’on a besoin d’aide !!!!!. Si la personne avoue qu’elle est malade et qu’elle fait le premier pas c’est qu’elle se sent vraiment mal et qu’elle a vraiment besoin d’aide maintenant et pas dans 6 mois…..Hostingpics


21/01/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres