Faire face à l'anorexie Alain Perroud

Amélie a 17 ans. Elle a changé très progressivement d'allure et son entourage n'a pas réagi au début. Elle a perdu quatre kilos pendant l'été et chacun y voyait les effets du sport et des changements de régimes, habituels pendant les vacances.

 

 

A la rentrée suivant, elle a vu sa maigreur d'accentuer franchement. Au moment des fêtes de fin d'année, elle avait atteint 44 kg... alors qu'elle en faisait 52 moins d'un an auparavant.

 

 

Son visage marqué lui attirait de plus en plus de remarques inquiètes sur sa santé mais cette sollicitude se serait transformée en réaction d'affolement si ses proches l'avaient vue en tenue légère.

 

 

Son corps avait désormais tous les signes d'une émaciation pathologique. Sa peau était devenue rêche et pâle, à l'exception de ses mains et de ses pieds, rouge en permanence. Les saillies de son squelette donnaient à sa silhouette un aspect anguleux et fragile.

 

 

Il restait bien peu de rondeurs aux endroits où elle en avait eu le plus: ses hanches, ses épaules, ses cuisses semblaient vidées de leur substance.

 

 

L'expression de son visage, elle-même, avait changé et avait perdu un peu de son attrait et de sa douceur mais ses yeux paraissaient plus animés, presque inquiets.



23/11/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres